Brouillon auto

17 juin 2015

Design Day Basel 2015 – débat

DesignDay_Basel_2015

Quatre partenaires nationaux dans la promotion du design invitent à discuter et échanger autour du thème “Design & Branding”. Le Bureau Fédéral de la Culture, Pro Helvetia, le Creative Hub en lien avec Engagement Migros et le Design Preis Schweiz ont ouvert le débat avec différents invités et autant de perspectives sur the sujet de cet événement du 17 juin. Cette seconde édition du Design Day a lieu à la halle 4.0 de la foire de Bâle, sur le même emplacement que les Swiss Design Awards, dont l’exposition se tient en même temps.

5 juin 2015

Nomination au Swiss Design Awards

Prix_Design_2015

Décembre 2014

Wallpaper* publie: Alps Express

Wallpaper_December2014

Demian Conrad’s Swiss design brand Dadadum draws on the talents of local designers. Nicolas Le Moigne’s svelte “Alps Express” shelf (EUR 280.-) is joined by work from Alfredo Häberli and Jörg Boner.

www.dadadum.com

29 novembre 2014

Le magazine Bilan publie: Luxe et savoir-faire

Bilan_Luxe.Savoir-faire

Depuis toujours, le savoir-faire artisanal suisse à forte valeur ajoutée s’est cantonné aux compétences qui s’exportent à merveille, l’horlogerie en tête. Mais mis à part ce secteur toujours florissant, quels sont les autres domaines qui constituent le savoir-faire suisse dans l’industrie du luxe aujourd’hui ?
Le Swissness boosté par le chocolat ou la dentelle de Saint-Gall, tout le monde connaît. Comme le rappelle Xavier Casile, publicitaire franco-suisse auteur du livre « So Sweet Zerland » qui fait l’éloge de toutes ces pépites made in Switzerland, la Suisse est un pays qui a de « good Heidi ». Mais une fois le cliché épuisé, que reste-t-il du savoir-faire suisse aujourd’hui et se contente-t-il de rester dans son pré carré bien vert? L’esprit d’innovation que l’on retrouve aux quatre coins de la Suisse s’exporte bien, aidé par le Switzerland Global Enterprise (S-GE), anciennement l’OSEC, et relayé par les Swiss Business Hubs à l’étranger, qui depuis ont redoublé d’efforts pour vendre de manière plus intense encore les atouts de la Suisse, malgré le vote du 9 février. Et ça marche. De grands noms viennent même en pèlerinage en Suisse mieux comprendre cette particularité helvétique.
(…)
Mais dans la tendance actuelle du luxe de lutter contre l’obsolescence, le savoir-faire suisse a, dans ce sens, une véritable carte à jouer. » Il est même une marque de longévité, pour Nicolas Le Moigne, responsable du master luxe à l’ECAL. « Penser au luxe en Suisse c’est penser pour moi à des marques comme Vitra et USM, par exemple. Qui sont toutes deux des marques qui existent depuis longtemps et dont le design est resté inchangé. Ce sont des objets iconiques qui perdurent dans le temps, pour moi la première valeur du luxe. Citer une marque comme USM dans l’univers du luxe peut sembler contradictoire a priori. Ce n’est pas la matière qui fait le luxe, mais comment l’artisan la travaille. Le degré de finition, l’attention au détail sont des composantes du luxe. Le savoir-faire suisse, le design suisse se caractérisent par de l’ultrafonctionnalité. Un design qui ne lâche pas, comme le couteau suisse. La qualité d’exécution, le degré d’exigence et de perfection sont les valeurs fondamentales qui valorisent le savoir-faire suisse. Et dans le luxe a fortiori. Ce que nous essayons de partager avec les élèves de l’ECAL c’est cette idée de design qui perdure dans le temps, minimaliste et très précis. Ces spécificités, très suisses, sont une carte à jouer pour le pays au sein de l’univers du luxe mondial. Que je compléterais par sa très forte capacité à innover et à utiliser les technologies les plus avancées, grâce à l’EPFL entre autres. L’ECAL s’emploie d’ailleurs depuis longtemps à construire ce pont entre technologie et application au travers de l’ECAL LAB. »
Savoir allier technologies innovantes et procédés artisanaux ou industriels traditionnels, c’est certainement l’une des clés de l’exception helvétique. Des savoir-faire suisses naissent là où on ne les attend pas. Et parviennent même à supplanter ou à conseiller de glorieuses maisons historiques à l’étranger.
(…)

Article: Cristina D’agostino
www.bilan.ch

28 octobre 2014

Workshop d’une journée avec les Lunetiers du Jura

Workshop_Horlogerie.38_2014

Workshop d’une journée autour du thème de l’horlogerie, proposé à des designers du syndicat des Lunetiers du Jura (France). Après une partie théorique (histoire de l’horlogerie, présentation du marketing et de la communication chez les différentes marques et visite de l’Espace Horloger), les participants ont eu la chance de remonter le mécanisme d’une montre. Workshop réalisé avec le partenariat de la FHH (Fondation de la Haute Horlogerie).

26 octobre 2014

Conférence à Bruxelles: “Let’s talk about international fairs”

Conference_MAD_Brussels

Thème:
Quelles foires ? Quelles différences ? Quels bénéfices?
3 intervenants parleront de leurs expériences des succès et des galères.
Avec:
ALAIN GILLES
Designer industriel
-
DIETER VAN DEN STORM
Journaliste et critique de design, coordinateur de projet pour la Biennale Internationale de Design Interieur à Courtrai
-
NICOLAS LE MOIGNE
Designer indusrtiel, responsable du MAS in Design for Luxury and Craftsmanship à l’ECAL – Lausanne

www.madbrussels.be

du 6 au 11 octobre 2014

Belgrade Design Week: exposition + conférence

BDW_2014

Octobre 2014

Atelier Pfister lance: la lampe Lully

lully_01

À l’origine du projet LULLY, il y a l’envie du designer Nicolas Le Moigne de concevoir un abat-jour en feutre, dans une forme délicate et simple.

Dès le départ, une chose était sûre, la forme resterait relativement classique: un cône, qui se termine par un bord accusé. Ce détail adoucit la forme d’une part et structure l’abat-jour d’autre part. Les techniques de production de feutre permettent de produire des abat-jours relativement grands mais légers. Le designer a ensuite dû développer une fixation qui stabilise l’abat-jour. Le grand défi consistait à atteindre un bon équilibre entre stabilité et esthétique. Car la structure de la suspension ne devait pas dénaturer la sobriété de la forme en feutre. Il fallait également trouver une solution pour éviter à la structure en métal de déformer les extrémités de l’abat-jour. Il a donc été fait en sorte que les deux éléments entrent en contact à l’intérieur de l’abat-jour. La structure en métal est donc conçue avec le même bord que celui de l’abat-jour, afin de créer une unité entre les deux.
Le projet de luminaire LULLY est manifestement très influencé par le design scandinave: des formes simples et nettes, le respect de la matière et une fonctionnalité optimale. Ces valeurs ont toujours inspiré Nicolas Le Moigne dans son travail, et spécialement dans ce projet pour Atelier Pfister.
www.atelierpfister.ch

26 septembre 2014

XXL Bulldog – vente aux enchères par Christies

xxlminibulldog

10 bulldogs d’1m70 sont financés par des entreprises Suisses et sont réinterprétés par des artistes et designers suisses de renom.
Ces œuvres seront mises aux enchères à Lausanne par la société Internationale Christie’s Auctions & Private Sales au Beau-Rivage Palace.
25 pourcents des bénéfices de cette vente iront aux artistes et le solde sera intégralement redistribué à la fondation Suisse Progena dans le but de soutenir les familles et les enfants atteints de maladies génétiques rares.

www.xxlminibulldog.ch

Juin 2014

Atelier Pfister présente: Lully, nouvelle suspension

AP_Lampe

du 16 au 22 juin 2014

Libby Sellers présente une nouvelle edition de la collection Podium à Design Miami/Basel

gls_dmb14_sb3_lowres

Pour la 5ème année consécutive, la Gallery Libby Sellers est fière de confirmer sa participation à Design Miami/ Basel 2014.

Suite au succès de la collection kaleidoscopique présentée l’année passée, la sélection est basée cette année sur les métaux, les minéraux et les oeuvres monochromatiques. Chaque travail a été produit pour la galerie et plusieurs d’entre elles exclusivement pour la foire. Parmi les pièces présentées, il sera possible de découvrir une sélection du projet De Natura Fossilium, travaux récents du Studio Formafantasma réalisés à partir de lave, Hunting & les séries Narud’s Copper Mirror, les pièces en bois moulé de Peter Marigold, les Notes Carpetalogue de M/M (Paris) et une nouvelle édition pour la célébration de la collection Podium de Nicolas Le Moigne.

www.libbysellers.com

du 20 au 25 mai 2014

Dadadum de retour à Paris

Dadadum_Paris

DADADUM a le plaisir de vous inviter à l’exposition “Mon DADA(DUM)” durant les Designer’s Days 2014 à Paris.
En collaboration avec l’Espace Modem, la collection CRESTA de Jörg Boner, RIVIERA d’Alfredo Häberli et ALPS EXPRESS de Nicolas Le Moigne déménage sur la rive droite de la ville lumière.

www.dadadum.com

Janvier 2014

DADI publie: Candélabre

Dadi_Candelabre

Des bougeoirs, Nicolas Le Moigne en a déjà réalisé. On se souvient de sa collection de porte-chandelles magnétiques pour Atelier Pfister. C’était en 2011. En décembre 2013, le designer rallumait la mèche pour le galeriste bruxellois Francis Janssens van der Maelen, spécialisé dans l’argenterie. “Pour sa première participation à Design/ Miami, il cherchait à produire des objets plus contemporains que ce qu’il a l’habitude d’exposer”, explique Nicolas Le Moigne. “Il a demandé à plusieurs de designer – comme Tete Knecht – de lui présenter des projets. Le brief était relativement ouvert. Il s’agissait de réaliser un candélabre. J’ai fait quelques propositions. Il a retenu cette idée assez simple, de bougeoir articulé qui une fois déplié mesure 60 cm de long.” Un brief relativement ouvert, mais avec une matière imposée, l’argent forcément. Ou plutôt du laiton généreusement argenté. Trop mou, le métal natif ne supporterait pas le poids de l’ensemble, surtout dans sa version déployée.

“Je l’avais déjà travaillé lors d’une collaboration avec Christofle sur un étui à cigares à l’ECAL. L’argent est une matière classique qu’il faut savoir mettre en valeur. Il y a des formes qui marchent mieux que d’autres. Les géométries trop angulaires ne fonctionnent pas. Les arrondis, par contre, permettent de jouer avec les reflets. Pour le socle, j’ai choisi une pierre qui s’appelle Cresciano, un granit du Tessin dont les inclusions argentées scintillent comme des paillettes, mais sans être trop kitsch.”

Le minéral a ensuite été satiné. Le résultat obtenu est plus subtil, plus chaleureux et moins attendu que l’effet miroir du granit poli. “Et puis la texture reste sensible même si la surface est très lisse. Ceci dit le client peut choisir la pierre qu’il veut. Du marbre noir absolu au granit moucheté, la variété des possibilités est infinie.” Le candélabre est belge, mais fabriqué 100% en Suisse. Le designer qui a supervisé chaque étape de la production insiste. “Pour la structure, j’ai collaboré avec une fabrique suisse allemande spécialisée dans la production technique d’objet en métal. De la même manière, l’argenture est alémanique et la taille de la pierre s’est fait à Yverdon.”

Emmanuel Grandjean

www.dadimagazine.ch
www.fineartsilver.com

Du 24 au 28 janvier 2014

Dadadum présente Alps Express à Maison&Objet

Dadadum_Paris_2014

Nous sommes heureux de vous inviter à notre stand à Maison&Objet, du 24 au 28 janvier 2014. La collection DADADUM sera présentée pour la première fois à Paris à l’occasion de l’événement ”Now! Design à vivre”, Hall 8, stand C8.

www.dadadum.com