Mars – avril 2012

Surface (New York) publie: Efficiency Expert

Surface_mag_NY_portrait

The stereotype that all swiss people are rigid perfectionists is, of course, no more than a stereotype. and yet, when french-born designer nicolas le Moigne’s family moved to switzerland when he was 8 years old, he says in time he began to feel “more and more swiss” in that regard. his father was an olympic-level fencing coach, under whom le Moigne trained seriously until he was 20. When he then decided to attend ecal, ronan Bouroullec, his master’s degree tutor, pronounced his design style “efficient.” “He said, ‘You go straight to the point,’ ” says le Moigne, whose early projects included an impeccably sleek silver cigar sleeve for christofle and a simple plastic screw-on handle that transforms disposable bottles into makeshift watering cans. “I don’t consider myself an artist,” he says. “design is about logic and function for me.”

-
Le Moigne’s breakout slip series of furniture, ingeniously crafted from waste materials, was the centerpiece of his solo show last month at london’s libby sellers gallery. But the project was actually a treatise against perfectionism more than anything else. as a student, le Moigne visited the factory of eternit, a swiss maker of fiber-reinforced cement for roof tiles and architectural facades; despite the fact that its entire production process was executed lovingly by hand, the company was so obsessed with consistency that any piece with the slightest flaw, or any cement left unused after three hours, was simply thrown out. Horrified, le Moigne reacted by developing the slip stool, made by haphazardly smushing eternit’s scraps into a mushroom-shaped mold and letting the results air- dry. Each piece is aesthetically unique. “Working with eternit was completely weird, because it was impossible for them to even imagine that they could produce something with imperfections, or use leftovers,” he says.  Nevertheless, the project went on to win Le Moigne a swiss federal design award and caught the eye of sellers, who exhibited the stool in 2008. Last fall, she showed his slip lamp, which is essentially a hol- lowed-out version of the stool with 10 feet of led strips fixed inside the core. at the show in february, Le Moigne exhibited a seat made of discarded leather, an idea gained while visiting the de sede furniture factory crumpled into a mushroom mold the size of his eternit slip stool and pumped full of polyurethane foam, the leather slip stool edges were stitched shut by a saddle maker in lausanne. “I wanted to keep the roughness of the piece, with all the marks and the folds in the leather, but to add a nice and precise detail with the stitching process,” Le Moigne says.

-
The designer hasn’t entirely abandoned his fastidious streak, either. “The slip series was initiated very early on in nicolas’s career, and his forms have definitely become sharper since then,” Sellers says. His recent podium collection for Berlin’s helmrinderknecht gallery pairs slick high-gloss wood and copper tables with pristine white pedestals, meant to underscore the perceived value of the items they support. “I was interested in the way sculptures or pieces of art are given preciousness and protection” in a museum or gallery setting, Le Moigne says. and in an ironic twist, both the pedestals and the objects they support—its presentation and its elevation—become necessary to fully realize the piece. In the end, both form and function are called into question. sellers ultimately calls le Moigne’s work both indulgent and entirely rational. “Much like Jasper Morrison and the Bouroullecs,” she says, “Nicolas’s work finds poetry in its practicality.”
-
Texte de  Monica Khemsurov

Photos de Tonatiuh Ambrosetti et Daniela Droz

8 février 2012

Wallpaper* publie: Nicolas Le Moigne at Gallery Libby Sellers

Wallpaper_GalleryLibbySellers_2012

If there were a visual equivalent of a double entendre, the work of Nicolas Le Moigne would define it. The Swiss designer goes to incredible lengths to make his designs seem at once greater and less than the sum of their parts. His meticulously crafted cast-off concrete stools for Eternit, for example, have the lowbrow appearance of compacted rubbish. His simple spool table is elevated like art on a podium. Most compelling, perhaps, is his ‘Reflecting Ring’, the diamond in which faces a mirror that makes it look twice its size and value.
Le Moigne’s talent for trompe l’oeil caught the eye of Libby Sellers after his graduation from ECAL in Lausanne in 2007, when Sellers ‘sneakily’ recorded his contact details from an awards application while acting as a juror. She purchased the rights to his 2008 Slip Stool pretty much on the spot and featured it at her second pop-up exhibition ‘Strativarious’, where, she says, ‘it sold out overnight’.
This month Sellers brings a spectrum of Le Moigne’s work to London for his first solo show in the capital. Front and centre will be a limited-edition version of that original Slip Stool in cast-off leather, along with popular designs for NextLevel Galerie in Paris, Helmrinderknecht in Berlin, the Austrian jeweller AE Koechert and Eternit. The running theme is that innate paradox Sellers sums up as ‘seemingly fragile yet resilient, at once organic yet also industrial, assuredly sophisticated yet without guile’.
Perhaps Le Moigne’s exposure in this country will once and for all demand that somebody come up with the appropriate nomenclature for his contradictory work. At least it will be amusing to try.
-
Texte de Ellen Himelfarb
Photo de Tonatiuh Ambrosetti et Daniela Droz

 

Février 2012

Casa Viva Mexico publie: portrait

CasaViva_Mexico_2011

Nicolas Le Moigne es un diseñador progresista. De su obra Libby Sellers, una de las mas prestigiadas galeristas de diseño contemporaneo en el mundo, ha dicho, “protege y ataca entre materiales opuestos, formas y convencionalismos para producir diseños equilibrados y rigurosos”. Es joven, divertido, nada acartonado. Su desiño llamo la atencion desde el principio a importantes empresas dedicadas al mundo del diseño, ha participado con, por nombrar solo a algunas de estas firmas, Omega, Serralunga, Eternit y Pfister. Su obra ha sido expuesta en Inglaterra, Francia, Suiza y Alemania, en galerias como la Libby Sellers en Londres, NextLevel Galerie en Paris, y Helmrinderknecht en Berlin, donde ha recibido buenas criticas de los curadores y la prensa especializada.
Nos citamos en Ediciones Xalapa, uno de los pocos espacios que exhibe diseño contemporaneo de vanguardia creado por jovenes entusiastas, creativos y, ademas, con experiencia, también dedicado a la investigacion, el desarrollo y la promocion del diseño contemporaneo en Mexico. Y centro de produccion, gracias a su constante colaboracion con diseñadores para crear objetos unicos y ediciones limitadas de mobiliario.
(…)
www.edicionesjalapa.com

Novembre 2011

Ideales publie: portrait à la maison

idealesheim_reportage_at_home_2011

Le designer Nicolas Le Moigne vit avec sa partenaire dans un château du XVIIème siècle. La combinaison du bâtiment historique et du design contemporain est étonnante.
-
“Möchtest du in einem Schloss wohnen?», fragte eines Tages der Designer Nicolas Le Moigne seine Lebenspartne- rin. Er scherzt wohl, dachte Virginie bei sich. Ein paar Monate später zieht das Paar in das Dachgeschoss eines Prachtsexemplars aus dem 17. Jahrhundert, mit allem, was zu einem richtigen Schloss gehört: eine mit kunstvoll geformten Bäumen gesäumte Allee, ein weitläufiger Park mit Brunnen und eine Ahnengalerie im Treppen- aufgang. Das Schloss unweit von Lausanne wurde 2010 in die Liste der historischen Monumente aufgenommen. Der Wohntraum scheint perfekt zu sein.
Etwas irritierend ist die Kombination indessen schon: Ein gefragter Jungdesigner, Abgänger der Talentschmiede ECAL und eine in der Kreativbranche tätige PR-Frau in einem im barocken Stil erbauten Schloss? Erwartet uns ein kultureller Clash zwischen musealen historischen Räumen und muse- umsreifen zeitgenössischen Designobjekten? Diese Befürchtungen verflüchtigen sich gleich beim ersten Betreten dieses ausserge- wöhnlichen Domizils. Denn bei aller Perfek- tion und Durchdachtheit bleibt der Gesamt- eindruck wohnlich und ausgewogen. Modernes Design dominiert – viele Stücke stammen natürlich von Nicolas Le Moigne selber, oft auch Prototypen – , wirkt aber nie kühl, sondern erhält durch feine farbliche Akzente und der Kombination mit fröhlichen Objekten, die das Paar aus der ganzen Welt mit nach Hause genommen hat, eine ver- spielt-poetische Note. «Eigentlich mögen wir Vintage-Design», erklärt Virginie, «aber irgendwie funktionierten ältere Stücke nicht in diesem Ambiente, wir haben gemerkt, dass wir der Architektur mit der Einrichtung etwas entgegensetzen müssen».
(…)
-
Texte de Susanna Koeberle
Photos de Tonatiuh Ambrosetti et Daniela Droz

Novembre 2011

Harper’s Bazaar publie: exposition à Mexico City

HappersBazaar

Elements es la coleccion diseñada por Nicolas Le Moigne, quien estudió en la Escula Cantonal de Lausana y cuyo trabajo se exhibe hasta el 25 de noviembre en la galeria Ediciones Jalapa. Lo integran muebles y estanteria en aluminio con ingeniosos dobleces que resultan en diseños sencillos, limpios pero novedosos y coloridos. Como todo lo exhibido en esta galeria, cada banco, librero, mesa o estante de Nicolas que veas, puede comprarse. ¡ Aprovecha!

www.edicionesjalapa.com

Novembre 2011

Edelweiss Men publie: mon dressing

EdelweissMen_Dressing2011

Le jeune designer Nicolas Le Moigne, né à Paris, a grandi essentiellement à Fribourg avant de devenir écalien. Il habite une maison de rêve, nichée au-dessus de Lausanne à Cheseaux, où il vit avec son amoureuse, Virginie Biffl (spécialiste de la communication créative). Cette bâtisse de la fin du XVIIIe appartient à une lady anglaise, qui loue des appartements et octroie l’usufruit de son jardin sans fin et de son court de tennis vintage. Après avoir grimpé les deux escaliers de marbre et admiré des portraits de lords, on pousse la porte du logis de Nicolas, et le contraste est saisissant. Sommes-nous dans un décor de magazine de déco? Tout ici est pensé minutieusement, chaque pièce est peuplée de meubles forcément ultradesign; des créations souvent signées Le Moigne lui-même, baignant dans une lumière et une quiétude divines.

Le designer n’a pas l’habitude qu’on l’interroge sur son univers vestimentaire. Il a pourtant sorti ses pièces fétiches avant notre arrivée. Assez réservé, très pro et cartésien au départ, il finira par ouvrir tous ses placards et s’enflammer. Mais d’où lui vient cet intérêt pour l’apparence et la mode? Le jeune homme a commencé à analyser les looks de plus près en étant confronté à l’art, au design et à la mode en entamant ses études à l’Ecal. Ensuite, ses rencontres au fil des ans, comme par exemple avec sa chérie, l’ont aidé à se forger un style qui est le sien. Comment le décrire? Relativement sobre et élégant pour la base, avec des touches d’excentricité et de dandysme côté accessoires. Il le doit peut-être à l’escrime qu’il a pratiquée à haute dose plus jeune. Elégant, rationnel et un peu fou, Nicolas ne porte jamais de costume. Son uniforme, c’est un blanc de travail et des gants rouges quand il est en usine, sinon des jeans, de la marque suédoise Nudie, ou des pantalons en toile plutôt colorés signés Homecore avec leurs boutons vifs et dépareillés avec une cordelette en guise de ceinture. Ses chemises, il les aime unies, plutôt bleues ou blanches. Longtemps fan de Paul Smith, il avoue s’en être un peu lassé. Le gris dans tous ses dégradés, c’est son dada pour les chaussures et les ceintures. Le designer est un homme à foulards, tantôt de chez American Apparel, COS, ou chiné ici et là lors de voyages, car c’est plutôt à l’étranger qu’il fait son shopping. Le choix est forcément plus vaste dans de grandes capitales comme Tel-Aviv ou Berlin, ses destinations fétiches. (…)

Texte de Carole Kittner
Photos de Catherine Gailloud

Octobre 2011

Wohnrevue publie: Designer fragen Designer

Wohnrevue_Designer-fragen-Designer

2 septembre 2011

Publication dans Reforma (Mexico)

Reforma_Mexico

Recientemente estuvo en Méxio el reconocido diseñador europeo Nicolas Le Moigne, quien entre otras cosas aprovechó sa estancia para presentar su colecció « Elements », linea de muebles y estanterias realizada en aluminio a los que la construcción por ingeniosos dobleces le confieren un carácter simple y elegante.
La presentación/exposición tuvo lugar en la galeria Ediciones Jalapa, a la cual asistió el diseñador para convivir con algunos colegas y para platicar de estas creaciones, fabricadas a partir de una sola placa metálica.

Nicolas Le Moigne, de apenas 32 años, es la primera vez que presenta su trabajo en México, sin embargo ya lo ha hecho en otros paises como Inglaterra, que junto con Francia y Alemania, le ha abierto las puertas a su trabajo.
En su corta pero fructifera carrera ha colaborado con empresas como Omega, Serralunga, Eternit y Pfister ; además desde el 2007 imparte clases de diseño industrial.

La galeria Ediciones Jalapa es un espacio dedicado a la investigación, el desarrollo y la promoción del diseño contemporáneo en México. Su labor se basa en la colaboración constante con diseñadores reconocidos y con nuevos talentos para crear objetos unicos y ediciones limitadas de mobiliario.

www.edicionesjalapa.com

Lundi 30 mai 2011

Herald Tribune publie: commercial, but ambitious

Herald_Tribune_Basel

(…)
Only a few years ago, the collectors’ market for contemporary design was dominated by the record-breaking prices paid at auction for trophy furniture by “design-art” stars such as Marc Newson and Ron Arad. Things changed after several once-coveted works by Mr. Newson failed to elicit bids at a Phillips de Pury auction in New York last spring. There will be a few pieces by Mr. Arad at Christie’s design sale in New York on June 16, but not a stick of contemporary design at Sotheby’s auction on the precious day.
New commercial galleries have opened to represent contemporary designers. A new generation of design curators has emerged, and there are more collaborations between artists and designers.
(…)
They should find some interesting examples at the Design Miami-Basel fair in Basel, Switzerland. Kreo is to show a new collection of furniture by the French designer Pierre Charpin. Gallery BSL in Paris will exhibit new pieces by the Spanish designer Nacho Carbonell, and Helmrinderknecht in Berlin is to showcase work by the Swiss designer Nicolas Le Moigne.
Gallery Libby Sellers in London will present “Colony”, a new textile project developed by the Italian designers Andrea Trimarchi and Simone Farresin of Studio Formafantasma at the Audax Textile Museum in the Dutch city of Tilburg. It explores the complex cultural history of Italy and its former colonies, and the current controversy over immigration. There will also be some design historical gems on show at Basel, including a 1944 kit house, conceived by the French architect Jean Prouvé as emergency housing for war refugees, which is to be exhibited by the Parisian designer dealer Patrick Seguin. The house was designed to be built by three people in a day, and will be constructed from scratch every day of the fair.

Text by Alice Rawsthorn

Janvier 2011

Swiss Design

SwissDesign Braun 2011

Schon das Nationalsymbol der Schweiz, das weisse Kreuz auf rotem Grund ist eine Design-Ikone. Design als Erfolgsfaktor ist seit langem ein Markenzeichen Schweizer Produkte.

Gradlinigkeit und eine überaus einprägsame Form kennzeichnen die dreieckige Toblerone-Schokolade, Funktionalität ist beim allseits bekannten Zena-Spargelschäler von 1947 das formgebende Merkmal, und nur wenige Schtifttypen sind so klar wie die Helvetica. Doch Swiss Design heutzutage kann weit mehr als Strenge und Funktionalität wie die aktuelle junge Designszene der Alpenrepublik zeigt. Der Band präsentiert sowohl Design-Klassiker als auch die kreative Vielfalt von Swiss Design heutzutage.

www.braun-publishing.ch

Décembre 2010

Bilan Luxe publie: United Designers of Switzerland

BilanLuxe Decembre2010

Dans son édition de novembre, le magazine lifestyle de prestige Bilan Luxe se plonge dans l’univers du design et plus particulièrement celui de l’Atelier Pfister, en mettant en lumière les profils et personnalités des créateurs sous l’objectif du photographe suisse Cédric Widmer.

Le projet de design qui tient en haleine les professionnels de la grande distribution de meubles autant que le microcosme du design suisse a pour nom Atelier Pfister. C’est sous l’égide d’Alfredo Haeberli, star-designer et curateur du projet, que onze designers suisses proposent des collections audacieuses made in Switzerland éditées par la marque Pfister. Judicieusement choisis de part et d’autres du Röstigraben, les chemins des designers se croisent, au gré des vernissages et des rencontres dans les halles de production.

Emmanuel Grandjean, rédacteur en chef du magazine Bilan Luxe, a organisé un chassé-croisé sous forme de témoignages libres et personnels, en leur demandant de décrire leur première rencontre, la fameuse première impression et leur plaisir à évoluer côte à côte au sein de la même scène artistique.

 

Nicolas Le Moigne parle du designer suisse Moritz Schmid
Sur un banc avec Moritz

Entre designers de l’un ou l’autre côté du Röschtigraben, c’est souvent au détour d’un vernissage ou d’une cafétéria de musée, que les chemins se croisent.
Ma rencontre avec Moritz Schmid s’est pourtant avérée plus originale, car c’est dans l’une des antichambres du QG de Pfister à Suhr, assis sur le banc d’un confrère – Adrien Rovero – qu’ont eu lieu nos premiers échanges. En français s’il vous plaît.
Imaginez. L’une de ces rencontres aussi spontanées qu’agréables qui font qu’on se dit symboliquement « oui » et reconnaît immédiatement qu’on partage un même langage. Intuition confirmée lorsque nos chemins se sont recroisés au Museum für Gestaltung, institution zürichoise où Moritz préparait la scénographie de « Make up. Je venais pour ma part ordonner les 517 SpanSets destinés à l’exposition des Bourses Fédérales. Sachant que Monsieur Moritz Schmid faisait partie des lauréats, c’est avec une attention toute particulière que nous avons ensuite travaillé ensemble à la présentation de ses dernières pièces.
Dans nos échanges électroniques, nous avons d’ailleurs très rapidement convenu d’une règle d’efficacité. Il m’écrit en allemand, moi en français. Une façon directe, pragmatique et authentique de travailler. Tout lui ressemble d’ailleurs : ses créations, son atelier, son style, reconnaissable en un clin d’œil. Dans son travail, il donne l’impression d’être en quête d’une forme de perfection. Une exigence de qualité dans laquelle je reconnais mes nuits blanches de recherches formelles et fonctionnelles.
Quand on pénètre dans l’atelier de Moritz Schmid, il suffit d’un clin d’œil pour voir qu’on est entré chez quelqu’un qui sait conjuguer talent, intelligence et labeur.


Moritz Schmid parle de Nicolas Le Moigne
Es fehlt noch das gemeinsame Bier

C’est à l’aéroport de Stockholm, il y a trois ans, que j’ai remarqué pour la première fois une création de Nicolas Le Moigne. J’attendais le vol de retour pour Zurich en flânant dans le hall principal. Devant l’une des nombreuses boutiques, se trouvaient des becs verseurs rangés par couleurs. Une image expliquait comment les visser sur une bouteille pour la transformer en arrosoir. A l’époque, j’ignorais que Nicolas en était le designer et que nos chemins allaient bientôt se croiser.
C’était à l’automne 2009. Il avait été invité à une conférence sur le thème du Design Vintage au Kunsthaus de Zurich. Je me souviens qu’il portait un nœud papillon très élégant et répondait avec aplomb aux questions que la salle lui posait au sujet de sa collaboration avec Eternit. Notamment son « Slip stool », un tabouret bon marché fabriqué avec des chutes de fibre-ciment. Les morceaux de matériau étaient ensuite jetés pêle-mêle dans un moule et compressés, la marque des pièces ainsi accumulées restant bien visible à l’extérieur de l’objet. Chaque tabouret devenait ainsi une pièce unique. J’avais trouvé cette pièce très forte et la démarche de prendre une forme plutôt banale pour en faire quelque chose de complètement nouveau très intéressante.
Mais la première fois que nous nous sommes vraiment ­rencontrés, c’était à l’occasion de la nouvelle collection de l’Atelier Pfister auquel nous avons participé. Nous nous retrouverons bientôt à l’exposition des « Prix fédéraux du design 2010 » au Museum für ­Gestaltung de Zurich dont il a réalisé la scénographie. Je suis curieux et impatient de voir comment il s’y est pris pour mettre en scène toutes ces pièces… dont la mienne.

26 août 2010

INVENTARIO publie: Futuro Prossimo

Inventario

Nicolas Le Moigne is a young Swiss designer born in France. He was educated at the ECAL in Lausanne, a very practical and experimental anti-academic environment, where he developed his first works, always well grounded in everyday reality. he is not “looking for a revolution, just small changes, functional or aesthetic details which can help everyday life”. A counter-reformed Calvinist designer with his own personal syntactic “bible”, to such fundamental attributes as clarity, rationality, simplicity and mass-production, he has added and revitalized words like communication, decoration, imperfection, recycling and craftmanship. His work seems to be focused on evading the recurring and standardized forms of our age, globalized by their all-too-often noncrital diffusion on the Web. He works on the plurality of materials and their concrete usage, volumes which turn into structure and technical experimentation, subtle research into sober and elegant solution which may be cool but never cold. From the stylistic clarity of his industrial experimentations into Neue Gute Form to the classically-inspired iconography of his recent editions, he always shows no uncertainly, moving beyond the concept of traditions in search of a balance which overcomes the kind of abused formalisms of recent years, reconciling his own independent and timeless expressiveness with the principles of mathematical proportion and measure underscoring it.

Texte de Cristina Miglio

06/05/2010

24 Heures: Portrait

24Heures-Mai2009

Nicolas Le Moigne a fait son entrée dans le monde professionnel et économique durant ses études de designer industriel à l’ECAL. C’est là qu’il a pu réali- ser des objets aujourd’hui pro- duits par des éditeurs internationaux.

Auteur du bec verseur Verso Diverso, le designer connaît un premier succès commercial majeur durant ses classes. (1er Prix Macef Milan, 2005). Approché par des fabriques suisses comme Serralunga, Omega et Eternit, il a été mandaté par cette dernière durant ses classes pour apprivoiser les techniques de construction en fibre et ciment, et concevoir une série de tabourets, de consoles et de pots de fleurs extérieurs. Depuis lors, sa vie est une parade ascensionnelle et ses toutes nouvelles lampes Monocoque suivent la pente ascendante. Interview.

MLB – Durant vos études, vous avez pu approcher la réalité professionnelle. Est-ce une plus-value aujourd’hui?
NLM – Le fait d’être en rapport avec la réalité m’a rapidement ouvert les portes de galeries de renom comme Libby Sellers à Londres, Ormond à Genève, Einzigart à Zurich, NextLevel à Paris et The Lighthouse à Glasgow. Depuis la fin de mes études, j’y collabore et expose régulièrement. – Et l’enseignement? – Je suis responsable de production au sein de l’ECAL à 60% et j’enseigne aussi le design aux étudiants de l’EPFL. J’aime développer des produits du prototype à une grande échelle; ceux-ci sont souvent choisis par les entreprises elles-mêmes. Et puis je tisse des liens entre l’école, les étudiants, les designers invités, les entreprises et les éditeurs.

MLB – Comment travaillez-vous?
NLM – J’aime la matière en soi et suis toujours plus proche d’elle. Les artisans locaux me fascinent et me permettent de partager leurs savoirs avec mes concepts.

MLB – Quel est votre leitmotiv?
NLM – Depuis le début de mes études, je vis une série illimitée de rencontres, de collaborations et de synchronisme avec des acteurs majeurs du design.

Mary-Luce Boand Colombini
24 Heures du 06/05/2009

Avril 2010

AD Espagne: Top 10

AD Top10 Mars2010

“Nicolas Le Moigne (Lausanne, 1979) milita en el minimalismo de lineas, de materiales y medios. Cita “functionalidad, eficiencia, estética” como sus tres parámetros, y con ellos da a luz a piezas sobrias y practices de una bella simplicidad (arriba, taburetes “Slip” de Cemento y lámpara “Monocoque” en fibra de vidrio). El mismísimo Ronan Bouroullec fue su tutor durante dos años. Ahora, alterna el diseño para firmas como Pfister con sus clases en la Escula Cantonal de Arte (ECAL).”

Enric Pastor
AD Espagne n°46

Septembre 2009

AD Collector: Talents à suivre

AD_NewTalents Septembre2009

TALENTS A SUIVRE

À peine sortis de l’école et déjà reconnus, ils sont les nouveaux francs-tireurs du design. Les maîtres et les références ne leur font pas défaut… et ils savent s’en inspirer et s’en émanciper. Une conception du design actuel, et À venir, très éclectique.

PETITES INTERVENTIONS POUR CHANGER LA VIE

Encore élève à l’ECAL, le jeune Français Nicolas Le Moigne lance Verso Diverso, un bec verseur qui lui vaut la reconnaissance de la profession. Ce qui ne l’empêche pas de reprendre le chemin de l’école, le temps de décrocher son diplôme, en 2007. En 2008, Libby Sellers l’invite à jouer dans la cour des grands au sein de sa très réputée galerie londonienne. Pour elle, Nicolas Le Moigne dessine les tabourets Slip. Une nouvelle direction qui le conduit à exposer à Zurich, Genève, Paris, Glasgow… où il fera une étape à la Lighthouse en novembre.

Sophie Pinet
AD Collector – Hors série n°1