Juin 2016

ambassadeur pour la nouvelle montre Cartier “Drive” en Suisse

Drive_Cartier

www.cartier.ch
© Pierre Orssaud

Juin 2016

Membre du jury pour le Montblanc Patronage Arts Award

Montblanc_jury

Le 8 juin dernier à Zurich, la marque a remis le prix Montblanc de la Culture Arts Patronage à Henry Levy, personnage de la cité alémanique propriétaire de la galerie BINZ39.

Cette institution, à but non lucratif, offre à de jeunes artistes un espace de travail gratuit pour une durée de deux ans, leur permettant ainsi de développer leur art. BINZ39 organise également des échanges entre artistes suisses et étrangers.

Delphine Favier, Managing Director pour Montblanc Suisse, a remis un exemplaire de l’édition limitée “Patron of Art Peggy Guggenheim” – collection d’instruments d’écriture étoffée chaque année d’une nouvelle édition -, ainsi que la somme de 15’000 euros destinés à un projet culturel choisi par Henry Levy.

Le Prix Montblanc de la Culture Arts Patronage a été fondé il y a un quart de siècle. Il récompense, dans seize pays différents, des mécènes qui soutiennent et encouragent l’art sous toutes ses formes. C’est la deuxième fois qu’une telle distinction était remise en Suisse. Un jury international, dont font partie Joël Dicker, écrivain suisse bien connu, et Nicolas Le Moigne, designer industriel, tous deux présents à Zurich, sélectionne chaque année les heureux gagnants.

Du 22 mars au 21 août 2016

“Qu’en lira-t-on?”, exposition au mudac, Lausanne

MUDAC_QU_EN_LIRA_T_ON_018_MD

Qu’en lira-t-on ?

La lecture sous toutes ses formes

 

Le mudac se réjouit de présenter la première exposition sur la lecture… sans livre !

Partant du constat que la lecture, bien loin de disparaître, est un plaisir qui se décline sous des formes multiples et inattendues, cette véritable ode à la joie de lire a été inspirée des 10 droits du lecteur de l’écrivain français Daniel Pennac* que nous vous invitons à les à (re)découvrir.

 

1. Le droit de ne pas lire

2. Le droit de sauter des pages

3. Le droit de ne pas finir un livre

4. Le droit de relire

5. Le droit de lire n’importe quoi

6. Le droit au bovarysme (maladie textuellement transmissible)

7. Le droit de lire n’importe où

8. Le droit de grappiller

9. Le droit de lire à haute voix

10. Le droit de nous taire

 

11. Le droit de lire sans livre

Le lecteur a le droit de lire sans livre. Et ce, de mille et une nouvelles manières: avec une tablette électronique, un livre interactif, un téléphone mobile et pourquoi pas bientôt un oculus qui plonge son utilisateur dans un monde virtuel. Les supports de lecture d’aujourd’hui et de demain invitent les lecteurs vers de nouveaux horizons et transforment leurs mondes imaginaires.

 

Désormais, les histoires se glissent dans des coussins chuchoteurs, nous aspirent dans des mondes virtuels, s’enrichissent de matériaux insolites et livrent leurs secrets après décodages et manipulations. L’exposition Qu’en lira-t-on ? La lecture sous toutes ses formes s’adresse à tous ceux qui, jeunes et moins jeunes, apprécient la lecture et invite à interagir avec sept installations qui font vivre les histoires sous des formes poétiques, facétieuses ou captivantes. Loin de proclamer la fin du livre en papier tel que nous le connaissons, ce voyage célèbre le plaisir de la découverte, mis en mots et en images au travers de technologies récentes, que nous vous invitons à explorer!

Février 2016

Babylone, tapis dessiné pour Chic Cham

Tapis_Chiccham

Tapis dhurry dessiné pour Chic Cham en édition limitée. Ses formes géométriques ont un effet en trois dimensions pour donner plus de profondeur au tapis. Le mélange du tissage traditionnel indien et la modernité du motif. Tapis tissé main en 100% coton.
Couleur: écru / gris clair / lin / vert
Taille: 170 x 240 cm

www.chiccham.com

Janvier – février 2016

Exposition du projet Chronogram chez Vacheron Constantin

Chronogram_expo_VC_2016

Projet de consulting, de design et de scénographie pour l’EPFL + ECAL Lab, en partenariat avec la Manufacture horlogère Vacheron Constantin. A l’occasion du SIHH 2016, 3 prototypes de masques réalisés sur mesure en utilisant la technologie de l’Oculus Rift, permettent aux utilisateurs de se plonger au coeur des archives de la marque.

www.epfl-ecal-lab.ch
photos: Daniela & Tonatiuh

Janvier – avril 2016

Projet de vitrine pour Hermès à Zurich et Genève

Vitrines_Hermes_ZH

A l’occasion de la présentation des nouvelles collections Printemps/Eté 2016, ce projet de vitrine imaginé pour les boutiques Hermès à Zurich et à Genève met en scène une série d’animaux tiré du monde du zoomorphisme. Entre animal et humain, ces “créatures” en mouvement illustrent parfaitement la période de Carnaval. Projet réalisé avec Stefano Panterotto et Alexis Tourron.

Photo: Jagoda Wisniewska

19 janvier 2016

Wallpaper* publie: Double trouble

Wallpaper_Corum_NLM_2016

First released in 2000, Corum’s ‘Bubble’ marked a fun moment in watchmaking; oversized, with an extra-large sapphire crystal dome, the radical design heralded a major modern moment for the brand. Now, the original concept has been updated by industrial designer Nicolas Le Moigne, who has designed two new ‘Bubble’ pieces as part of the brand’s Op Art series.
Op art – or ‘optical art’, the form created by Hungarian artist Victor Vasarely – is celebrated for its ability to produce static patterns that seem to move, disorientating the observer by hinting at different perspectives that lay underneath the immediately obvious. The new pieces remain faithful to the original ‘Bubble’, with an 8mm sapphire crystal that acts as a lens, working to both magnify and distort the dial, fracturing light.

Le Moigne was inspired by key pop art artists when working on his designs, and Vassarely and François Morellet’s abstract pieces are the perfect foil for his skilfully technical and voluminous drawings. ‘Technically, it is possible to play with only 1mm of depth but thanks to the visual elements, I was able to really bring this 3rd dimension,’ he says.
The first of the two automatic pieces, the ‘Bubble Sphere2′, creates the illusion of a whole sphere by printing lines that traverse the dial directly onto the glass. The second plays on light and shadow, working on the grooves in the design to create a landscape that appears to be full of different heights, as undulating as a body of water – hence its name, the ‘Bubble Drop’.
‘Ensuring all the lines and colours fit together so the visual illusion would work was a challenge,’ Le Moigne admits, but there is no hint of this in the exuberant end result. ‘The project,’ he concludes, ‘was meant to be surprising and playful.’

Article by Hannah Silver
www.wallpaper.com

du 22 au 26 janvier 2016

Lancement de “SUN”, miroir dessiné pour Marlo&Isaure

Sun.Mirror_MarloIsaure

A l’occasion de Maison & Objet 2016, la toute nouvelle maison d’édition Marlo & Isaure, basée à Tunis, lance une première collection réalisée avec différents designers. Le miroir SUN, produit en cuivre ou en laiton martelé et poli, sera présenté à Paris et disponible directement auprès de l’éditeur.

www.marloisaure.com

Novembre 2015

Design de cadrans de la montre Bubble pour Corum

Bubble_Corum_Sphere.2

En l’an 2000, Corum présentait la Bubble, une montre surdimensionnée munie d’un verre saphir élargi. Un design radical qui devint aussitôt un must du troisième millénaire. Quinze ans plus tard exactement, la Bubble effectue un retour triomphal, s’imposant comme un véritable pilier de l’héritage créatif de Corum. Deux nouveaux opus viennent à présent compléter la série Op Art, lancée cette année. Avec ses 8 mm d’épaisseur, le verre saphir est l’un des plus robustes jamais créés en horlogerie. Faisant office de loupe, il agrandit et déforme le cadran. C’est en partenariat avec le designer industriel, Nicolas Le Moigne, que deux nouveaux designs sont créés. Les motifs sont inspirés de l’Op Art, ou art optique, dont Victor Vasarely, artiste français d’origine hongroise est le père. L’Op Art visait à créer des séquences statiques pour donner l’impression de mouvement ou pour produire des perspectives surprenantes ou contradictoires. Nicolas Le Moigne a repris ces codes, tout en optimisant l’effet de trois dimensions à une échelle extrêmement réduite. Le résultat est vibrant et laisse échapper toute l’effervescente énergie de la Bubble.

Le cadran de la Bubble Sphere2 porte ainsi bien son nom, puisqu’il est imaginé comme la continuité du dôme de verre saphir, donnant alors l’illusion d’une pleine sphère. Les lignes qui parcourent habilement le cadran et le verre participent pleinement de cet effet d’optique. Dans le second modèle de cette série Op Art, Nicolas le Moigne nous fait voyager au travers d’un cadran semblable à un paysage symbolisé, qu’il a voulu tout en reliefs, dans une alternance de courbes et de creux parfaitement maîtrisés. Les sillons et les jeux d’ombres, imitant la surface d’une eau en mouvement, donnent ainsi leur nom à la Bubble Drop.

Ces deux nouveaux opus édités à 350 exemplaires chacun, viennent compléter la série Op Art. Le premier est composé d’un cadran laiton et d’un boîtier PVD, tous deux de couleur bleu. Les aiguilles reprennent la même teinte et sont agrémentées de Super-LumiNova. Faisant appel aux mêmes matériaux, le second est décliné dans une version entièrement revêtue de brun. Les aiguilles poursuivent ce monochrome, tout en marquant une rupture avec le cadran. Les deux modèles sont montés sur des bracelets en caoutchouc doublés de cuir et équipés d’une boucle assortie au boîtier.

www.corum.ch

Du 26 au 31 octobre 2015

Conférence à la Dubai Design Week

DubaiDesignWeek_lecture

Octobre 2015

Le tabouret ECAL Gradient intègre la collection du CNAP

CNAP_ECAL_gradient

Le tabouret ou table d’appoint ECAL Gradient Yellow a été conçu dans le cadre de l’exposition Edition Limitée 1 de la galerie Kissthedesign à Lausanne en 2013 et signe la première pièce de la collaboration entre la galerie et le designer. En 2015, le tabouret intègre la collection du CNAP (Centre National des Arts Plastiques, France).

L’édition limitée pour la galerie Kissthedesign est un véritable travail d’appropriation art. En effet, le designer récupère son propre tabouret ECAL produit en série par le fabricant suisse Eternit et avec un long travail manuel le customise. Ce faisant, il propose une amélioration du produit en série, l’assise protégée de la sorte ne produit plus de poussière de ciment, ainsi qu’un jeu de dégradé aussi visuel que tactile passant du jaune au gris, au toucher lisse à granuleux. Le geste interroge par ailleurs le statut le l’objet en lui-même, de la production industrielle au travail artisanal de l’auteur.

www.kissthedesign.ch

12 octobre 2015

Wallpaper* publie: Top 20 under 40

Wallpaper_TOP20

Top 20 under 40: the stars of tomorrow

To mark the not insignificant occasion of our 200th issue, we at Wallpaper* have expanded our Power 100 list of the world’s pre-eminent design talent into a leviathan and (even more) comprehensive Power 200.

Inevitably, our list is stuffed with consistent old-hands and longstanding design royalty. But as part of this exploded approach, we’ve also curated a concise selection of the finest practitioners under 40 – not so much the stars of tomorrow as precocious dazzlers. Some have nudged and shunted design in new directions, others have laid claim to tropes and traditions, refining and redefining as they go.

Among the ranks are familiar faces such as (Wallpaper* award winner) Philippe Malouin, Paul Cocksedge, Fabien Cappello and Daniel Rybakken, as well as the cutting edge likes of Studio Glithero (who revel in reimagining design as performance art), Formafantasma, mischer’traxler and Alexis Georgacopoulos, the director of ECAL – Europe’s most innovative design school.

Unsurprisingly for a generation so imbued with an appreciation for natural asceticism, minimalism and sustainable practice are a common theme here, from the artisanal excavations of Max Lamb, Anglo-Japanese duo Studio Swine’s found-object product design, the recycled wooden birds of Lars Beller Fjetland and the deceptively simple designs of Nicolas Le Moigne, Nao Tamura and Konstanin Grcic alumnus-turned-accessory designer Pauline Deltour.

There’s playful decadence here too, though, be it in Bethan Laura Wood’s flamboyant work with pattern and marquetry, the midcentury-leaning designs of Beirut duo David & Nicolas, the unabashed modern glam of Lee Broom, Sebastian Herkner’s elegant technicolour creations or the reliably skewed designs of London’s Raw-Edges, designers of the iconic ‘Stack’ drawer.

Our 20 under 40 are already designers on the top of their game – where they’ll go from here (and where they’ll end up in next year’s list) is anyone’s guess.

www.wallpaper.com

Octobre 2015

Ideales Heim publie: Lausanne macht Schule

Ideales.Heim_Lausanne.macht.Schule.2
Ein Portrait der Stadt, das zugleich ein Tour d’Horizon der Westschweizer Designszene ist

(…)
Zehn Begegnungen
Um eine Stadt wirklich zu verstehen, muss man ihre Bewohner kennenlernen. Was lag für uns näher, als die Stadt durch die Augen von De- signspezialisten zu erkunden? Und damit zu- gleich einen Tour d’Horizon des Schweizer De- signschaffens zu machen. Wir trafen zehn Menschen, die täglich mit Design zu tun haben. Und mussten dabei feststellen: erstens stellen diese Leute nur einen Bruchteil der in Lausanne mit Design Beschäftigten dar (wie eingangs be- reits erwähnt) und zweitens scheint in dieser Stadt jeder jeden zu kennen. Dennoch kommen die Gestalter einander nicht in die Quere, was bei der moderaten Grösse des ortes doch recht erstaunlich ist. Jeder scheint seine Nische gefun- den zu haben. «Es gibt eigentlich keine Rivali- täten», meint Nicolas Le Moigne.
(…)

Nicolas Le Moigne: Designer/Professor ECAL: Schon kurz nach seinem Studium an der ECAL konnte er auch für internationale Hersteller arbeiten. Er ist zudem für Schweizer Marken wie Eternit, Atelier Pfister oder Dadadum tätig. Ferner entwirft er regelmässig limitierte Editionen für Designgalerien im In- und Ausland. Er leitet den Master Lehrgang «Design for Luxury & Craftsmanship”.

Article: Susanna Köberle

Portrait: Tonatiuh & Daniela

Septembre 2015

Projet de recherche avec l’EPFL+ECAL Lab pour Vacheron Constantin

Chronogram_VC_EPFL.ECAL.Lab.1

Chronogramme : Un voyage dans la mémoire du temps

L’histoire ininterrompue de Vacheron Constantin durant 260 ans exprime non seulement l’évolution constante d’une virtuosité, d’un savoir-faire et d’une créativité, mais témoigne aussi de l’évolution de notre société : depuis 1755, près de 350 mètres linéaires de documents relatent les désirs de chaque époque, l’émergence de nouveaux savoirs, la naissance des échanges à travers les continents. Elles permettent également de conserver la mémoire de chaque pièce, siècle après siècle. Ces archives exceptionnelles constituent un patrimoine de valeur mondiale. Vacheron Constantin a initié un partenariat de recherche avec l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne pour garantir une pérennité à ce patrimoine et lui donner une existence nouvelle. Le Digital Humanities Lab développe en collaboration avec le Département du patrimoine de la Manufacture des principes de numérisation pour reconnaître des écritures anciennes, puis en relier les contenus afin de constituer un ensemble historique cohérent. L’EPFL+ECAL Lab, de la même Ecole, imagine comment leur redonner vie. Ce partenariat donne progressivement naissance à nouvel univers qui exprime la richesse de ce patrimoine.  Trois dispositifs de vision invitent au voyage dans cet univers. Ils redéfinissent notre relation au numérique pour l’inscrire au service de notre histoire et des valeurs de Vacheron Constantin.

Objet: concept de Marlo & Isaure
Photo: Cédric Widmer

www.epfl-ecal-lab.ch
www.vacheron-constantin.com

21 aout 2015

Membre du jury de la Cheongju International Craft Competition (Corée du Sud)

Craft.Design.Week_Korea.2

867 projets de 692 designers venant de 33 pays différents.
www.cheongjubiennale.or.kr